C’est simple, et ça va vous surprendre : il est strictement impossible qu’un arc fonctionne parfaitement d’origine, et c’est vrai tout autant pour un arc compound que pour un arc traditionnel, quel que soit son prix et sa qualité de fabrication !

Même si vous êtes très expérimenté, et persuadé que votre matériel est au top, je peux vous assurer que vous pourriez être surpris !

Et si vous êtes débutant, n’imaginez pas que vous allez progresser en vous entraînant, alors que c’est votre matériel qui vous bride…

Peu importe votre niveau ou la discipline que vous pratiquez, le point commun entre tous les archers, c’est que leurs résultats dépendent à 100% de la qualité de vol de leur flèche : comment imaginer qu’on peut tirer juste, si votre flèche n’a pas un vol rectiligne ?

Impossible, évidemment…

Et pourtant : depuis plus de 30 ans que j’aide des archers, même très expérimentés et persuadés d’avoir un matériel irréprochable, si vous saviez les surprises…

—<>—

—<>—

Optimiser, c’est quoi ?

Le succès de vos tirs est conditionné à parts égales par 3 facteurs absolument et définitivement indissociables :

  1. le fonctionnement mécanique de votre arc : il faut que votre flèche soit poussée par la corde sur un axe parfaitement rectiligne, sinon, évidemment, elle sera poussée en crabe dès la décoche, et ça, c’est valable autant sur un arc compound (interventions mécaniques facilitées par la conception de l’arc) que sur un arc traditionnel (impossible évidemment de modifier l’arc, il faut donc recourir à une autre méthode)
  2. la réaction dynamique de la flèche : sous la poussée violente de la corde, si votre flèche est trop rigide, elle va se mettre en biais, et si elle est trop souple, elle va trop se déformer… dans un cas comme dans l’autre, même si elle est poussée par votre arc sur un axe parfaitement rectiligne, elle ne pourra évidemment pas voler correctement
  3. l’ergonomie de votre matériel : (facteur trop souvent négligé) même si votre arc fonctionne parfaitement, et que votre flèche se déforme idéalement, votre propre gestuelle pourra induire des mouvements parasites et empêcher malgré tout l’ensemble de votre matériel de fonctionner normalement (allonge, position, gestuelle)

Il suffit qu’un seul de ces 3 facteurs ne soit pas parfaitement adapté à vos besoins pour que vous subissiez des difficultés.

Et le pire, c’est que ces difficultés ne sont pas toujours évidentes, parce qu’elles n’apparaissent que de manière aléatoire.

Vous pouvez ainsi avoir des résultats excellents (par exemple sur votre site d’entrainement habituel), mais constater des tirs aberrants, de manière aléatoire, dans d’autres circonstances.

Pour les chasseurs à l’arc, c’est encore plus flagrant que pour les tireurs sportifs : vous êtes très précis avec vos flèches d’entrainement, mais dès que vous équipez ces même flèches avec des lames, d’un poids identique à vos pointes cible, vous constatez que vos flèches n’arrivent plus au même endroit…

Tous ces phénomènes sont autant de preuves que vos flèches ne volent pas correctement, tout simplement !

L’optimisation de votre matériel permet de supprimer tous ces résultats aléatoires, et de rendre votre matériel (arc / flèche) beaucoup plus tolérant à vos propres variables !

—<>—

—<>—

Vous êtes perturbé par ce que vous venez de lire ?

Pas de panique, vous trouverez ci-dessous quelques explications plus détaillées.

Et si ça ne suffit pas, appelez directement Vincent Lalande, il se fera un plaisir de vous répondre !

—<>—

Pourquoi un arc ne peut pas fonctionner correctement d’origine ?

Un arc compound est réglable, et ça, tout le monde le sait.

OK, mais qui vous explique qu’en modifiant l’allonge, vous modifiez aussi le cycle de rotation de sa mécanique ? Et du coup, la branche du haut et du bas ne seront plus armées avec le même rythme, la (ou les) came(s) ne tourneront plus de manière optimale…

Idem pour le réglage de l’allonge : si vous desserrez les vis de puissance, ça va faire reculer les axes de poulies vers l’arrière, donc changer le band (brace height), changer l’angle de démarrage des cames, leur rythme de rotation (synchronisation de leur basculement), etc.

Et la position du repose-flèche, ou du D-loop, avez-vous pensé à ses conséquences ? Trop haut ou trop bas (même de 1mm seulement) et ça va changer l’axe de poussée de la mécanique sur votre flèche, et donc sa qualité de vol !

Sans oublier le cordage d’origine : il suffit qu’un câble soit trop long de 0.5mm pour que ça change complètement le fonctionnement de votre arc (synchronisation, allonge, puissance).

Bref, on n’est pas là pour un cours de mécanique ou de physique, mais tout ça est logique, et vous comprenez que le moindre coup de vis sur un arc compound va avoir bien plus de conséquences sur son fonctionnement que vous ne pouvez l’imaginer… surtout sur les arcs modernes, hyper-performants, mais beaucoup plus sensibles que les arcs du début des années 2000 !

Pareil pour les arcs traditionnels : qu’est-ce qui vous garantit que la branche du haut poussera la flèche dans le même axe que la branche du bas ?! Personne ne vous en parle non plus, et pourtant, c’est de la physique de base !

Bien entendu, hors de question de modifier la mécanique d’un arc traditionnel : pour modifier son fonctionnement, il faut jouer sur d’autres paramètres (corde et détalonnage notamment).

—<>—

Pourquoi pratiquement personne ne s’aperçoit que son arc ne fonctionne pas correctement ?

Là encore, c’est très simple : la quasi-totalité des archers dans le monde sont des tireurs sur cible, qui utilisent donc des flèches équipées de pointe parfaitement aérodynamiques, qui peuvent donc voler en crabe et se planter toujours au même endroit, à condition que l’archer fasse toujours exactement le même geste.

Attention, une flèche qui vole “en crabe” avec un angle de seulement 1 ou 2 centimètres, ne rêvez pas, c’est impossible à voir à l’oeil nu ! Donc si vous êtes persuadé d’avoir une flèche qui vole droit, juste parce que vous avez des bons groupements à 20, 30, 40 mètres ou plus, oubliez vos certitudes, ça ne veut surtout pas dire que votre flèche a un vol parfaitement rectiligne !!!

Ce sont en fait les chasseurs à l’arc qui ont surtout mis en avant ce problème (même si les archers sportifs sont aussi concernés, vous le comprendrez quelques lignes plus bas).

En effet, les chasseurs à l’arc ont besoin d’une flèche qui reste précise, même lorsqu’elle est équipée d’une lame de chasse : celle-ci se comporte un peu comme un empennage à l’avant de la flèche, qui peut engendre un effet de planage et donc des déviations du tir (alors que les tirs sont parfaitement précis avec le même arc, le même archer et les mêmes flèches, mais équipées de pointes de tir sur cibles…). La preuve : combien se plaignent d’avoir besoin de tester plusieurs modèles de lames avant de trouver le modèle qui groupera (à peu près) avec les pointes de tir sur cibles ? Quasiment tous, et tout le monde le sait.

ATTENTION : oubliez définitivement la bonne excuse du “paradoxe de l’archer”, vous savez ce phénomène physique (bien réel) qui déforme la flèche dans tous les sens dès que vous décochez (arc compound ou arc traditionnel). Ce n’est pas le paradoxe de l’archer qui va expliquer qu’une flèche vole en crabe : avec des bons paramètres, votre flèche aura définitivement retrouvé sa parfaite rectitude au maximum à 1 ou 2 mètres devant l’arc !

Comparaison entre pointes de flèches pour le tir à l'arc sur cibles et pour la chasse à l'arc

Comparaison entre pointes de flèches pour le tir à l’arc sur cibles et pour la chasse à l’arc

Vous avez donc compris qu’un chasseur à l’arc a impérativement besoin d’une flèche dont le vol sera parfaitement rectiligne, en comparaison avec un tireur à l’arc sportif (qui utilise uniquement des pointes pour cibles, parfaitement aérodynamiques et donc qui ne dévient pas lorsque la flèche vole en crabe), alors qu’on pourrait s’imaginer le contraire, vu qu’un chasseur tire souvent à courte distance alors qu’un archer sportif tire régulièrement à grande distance.

D’ailleurs, pour alimenter cette comparaison étonnante, il suffit de vous livrer à un petit exercice amusant : si vous êtes archer sportif et que vous êtes persuadé d’avoir des besoins techniques largement supérieurs à un chasseur à l’arc, alors je vous recommande de faire un test très simple, qui consiste à utiliser vos flèches avec un empennage collé sur l’avant de votre flèche, et de faire les mêmes groupements que d’habitude avec ces flèches ainsi équipées… Vous savez parfaitement que vous n’y arriverez pas, tout simplement parce que votre subconscient sait parfaitement que vos flèches ne volent pas droit… Alors repensez au chasseur à l’arc, qui doit utiliser des lames (qui forment à l’avant de la flèche un véritable empennage) et qui doivent malgré tout conserver des tirs ultra-précis, malgré cette difficulté technique supplémentaire…

Mais du coup, pourquoi un archer sportif aurait lui aussi besoin d’une optimisation ?

Tout simplement parce que ses flèches qui volent “en crabe”, même de manière infime et invisible à l’oeil nu, seront évidemment beaucoup plus sensibles, non seulement pendant leur vol (petits défauts de collage de l’empennage, vent), mais aussi au moment de la décoche (si la flèche vole en crabe, c’est qu’elle démarre de l’arc avec une poussée non linéaire, qui sera extrêmement sensible aux petites variables humaines au moment de la décoche, par exemple la position de la main sur le grip, la tension dans les épaules, le cou ou les bras, la prise en main du décocheur, etc.). Tir en salle ou tir en extérieur, il est donc évident qu’une optimisation vous permettra de réduire considérablement vos groupements, en éliminant toutes les variables qui perturbent le vol de votre flèche, dès votre décoche.

Autre illustration : tous les archers connaissent le phénomène qui consiste à avoir des tirs précis, mais avec parfois 1 ou 2 flèches qui sortent du groupement, sans vraiment savoir pourquoi… C’est tout simplement qu’aucune de vos flèches ne vole vraiment bien, mais que plusieurs micro-erreurs se cumulent parfois pour faire sortir quelques flèches du groupement, de manière imprévisible et inexpliquée (stress, compétition, fatigue, chasse).

La cause est simple : l’ensemble de votre matériel n’est pas au point, et vous avez besoin d’une optimisation.

—<>—

Optimisation de l'arc et des flèches d'un tireur à l'arc (FITA)

Optimisation d’un arc FITA

—<>—

Résultat d'une optimisation sur l'équipement d'un chasseur à l'arc

Optimisation d’un arc de chasse

—<>—

Optimisation d'un arc recurve chasse

Optimisation d’un arc recurve chasse

—<>—

Attention, optimiser un arc, ça ne s’improvise pas !

Pour optimiser votre matériel d’archerie, il est impossible d’appliquer une méthode unique, qui pourrait s’appliquer à tous les cas, de manière identique.

D’ailleurs, attention aux forums ou aux “spécialistes” qui vous conseillent sur internet une méthode infaillible pour réaliser vous-même une optimisation : ces spécialistes bardés de références sont tellement nombreux à venir me rendre visite à l’atelier, alors qu’ils ont tout essayé sur leur propre matériel, que je ne peux que vous conseiller la plus grande prudence si vous voulez vous lancer vous-même dans la préparation de votre matériel !

Techniquement, et pour faire simple, dites-vous qu’une optimisation peut concerner 3 axes différents de votre matériel d’archerie :

  1. optimisation du fonctionnement mécanique de l’arc (la plus connue des optimisations) :
    Il n’existe aucun arc qui fonctionne correctement d’origine, il y a 6 à 8 heures de travail en moyenne sur un arc compound pour le mettre en adéquation avec la conception initiale du fabricant et pour atteindre les performances et caractéristiques qui sont indiquées dans sa fiche descriptive… Enfin, on devrait plutôt sa fiche “marketing”…
  2. optimisation de la réaction dynamique de la flèche (la plus pointue et la plus technique des optimisations) :
    Arc compound ou arc traditionnel, c’est un point crucial pour vous donner la véritable garantie d’un vol parfait en toutes circonstances, y compris avec n’importe quel modèle de lame ou par temps de vent. Attention, les tableaux de spine fournis par les marques ou les vendeurs sont particulièrement optimistes et approximatifs !!!!
  3. optimisation de l’ergonomie de l’arc (la plus négligée et celle où il y a le plus d’erreurs des meilleurs professionnels, instructeurs ou entraineurs !) :
    Rien pour pour l’allonge, je constate pratiquement 100% d’erreurs dans sa mesure ou dans son réglage, alors qu’elle est normalisée depuis des décennies au niveau international par l’ATA et l’IBO !!! C’est une valeur extrêmement importante pour votre position (ergonomie et donc qualité de vos résultats), mais aussi pour le choix de vos flèches (longueur, spine, puissance de l’arc…), donc une erreur sur l’allonge veut dire une cascade de problèmes pour tous votre matériel ! Et c’est la même chose pour l’équilibre, la prise en main, les erreurs de montage des accessoires (repose-flèche notamment), ainsi que le détalonnage pour un arc traditionnel, ou la hauteur de la visette pour un arc compound…

—<>—

Modifications et optimisation sur une paire d'arcs compound

Modifications et optimisation sur une paire d’arcs compound

—<>—

L’optimisation, c’est pour qui ?

Archer débutant ou de haut niveau, tout le monde a besoin d’une optimisation :

  • si vous êtes débutant, grâce à un arc optimisé, vous aurez la garantie que les résultats que vous obtenez sont liés uniquement à votre niveau d’apprentissage, sans aucune interférence technique (et je vous assure que les résultats sont surprenants, intantanément)
  • si vous êtes archer de haut niveau (compétition ou chasse), vous comprendrez et vous pourrez résoudre instantanément tous ces petits phénomènes pénibles que vous croyez inéluctables…
  • et par la même occasion, vous pourrez découvrir tout un tas de possibilités que vous ne soupçonnez pas dans l’utilisation de votre arc…

En réalité, tout le monde a besoin d’une optimisation : arc à mécanismes ou arc traditionnel, comment un archer peut-il s’imaginer avoir des bons résultats si sa flèche ne vole pas droit ?

Et depuis plus de 30 ans, je peux vous assurer que j’ai rencontré des centaines d’archers qui étaient persuadés d’avoir une flèche qui volait droit… et aussi des centaines d’archers qui ont été bluffés quand je leur ai montré que ce n’était pas le cas !

—<>—

Comment résoudre tous ces problèmes ?

C’est justement l’objectif du travail d’optimisation.

Sur internet, de plus en plus de forums et de blogs constatent tous ces problèmes et tentent d’y apporter quelques explications ou remèdes, afin de vous aider à améliorer vos résultats et vos performances.

Quelques archeries ont également compris l’intérêt de ce travail technique à réaliser après mise à conformité de l’arc de leurs clients, et proposent des prestations qui permet d’améliorer un peu et de limiter partiellement toutes ces problèmatiques.

Mais je suis le seul à avoir consacré 100% de mon activité professionnelle à cette mission : vous garantir que votre matériel d’archerie fonctionnera de manière optimale à tous points de vue, afin de vous garantir d’exploiter le meilleur de vous-même, quel que soit votre niveau, et d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixé.

Il parait que mon expérience, mon outillage et les techniques spécifiques que j’ai développées depuis près de 30 ans sont uniques : c’est ce que disent mes clients, et c’est sûrement vrai !

Ils me disent aussi très souvent que je leur ai fait faire des économies de temps et d’argent en me confiant l’optimisation de leur matériel, plutôt que d’acheter des fagots de flèches différentes, de perdre du temps à faire des tas d’essais, de tester des nouveaux repose-flèches, des lames, des accessoires, et toutes les dernières nouveautés qui “lavent plus blanc que blanc” comme disait Coluche.

Ici, aucun blabla commercial, juste des preuves irréfutables et simples à comprendre : venez à l’atelier, le diagnostic initial est 100% gratuit, et vous permettra de comprendre comment fonctionne votre arc, votre flèche, et comment améliorer instantanément vos résultats.

Et je peux vous assurer que vous serez surpris, même déjà à la fin du diagnostic : comme disait le chanteur Jacques Dutronc, “on nous cache tout, on nous dit rien !!!”  Eh bien non, pas de ça chez moi : je ne vous cacherai rien, je vous dirai tout, et ça vous fera le plus grand bien !!!

Grâce à ce diagnostic, vous pourrez choisir de faire optimiser ou non votre matériel, et ainsi repartir avec une confiance totale dans votre matériel.

—<>—

Travaux d'optimisation en cours (arc compound sur banc de tir fixe)

Travaux d’optimisation en cours (arc compound sur banc de tir fixe)

—<>—