Quel détalonnage pour mon arc traditionnel ?

Méthode extrêmement simple et fiable pour régler le détalonnage de votre arc.

Comprendre le détalonnage :

Qu’est-ce que le détalonnage ?

  • C’est l’endroit où vous devez encocher votre flèche sur votre corde pour qu’elle file droit où vous visez
  • Le détalonnage est souvent négligé, pourtant c’est le réglage de base le plus important : il conditionne tous les autres réglages et tous les choix de matériels (flèche et pointe notamment)

Pour le détalonnage est-il important ?

  • Parce qu’il permet à votre flèche de passer au plus près de l’arc, donc de sortir le plus possible dans l’axe de votre tir, mais sans jamais toucher l’arc (donc sans subir de contact qui la dévierait légèrement, au détriment de la précision et de la qualité de son vol, que ce soit pour le tir sportif ou de loisir, ou pour le tir avec une lame pour les chasseurs)

Est-ce que mon détalonnage est toujours le même ?

  • il suffit d’une toute petite variation dans la puissance d’une de deux branches d’un arc pour que l’angle de départ de la flèche soit modifié, ce qui nécessite alors un changement du détalonnage
  • pour cette raison, il vous faudra probablement un détalonnage différent sur une même poignée d’arc si vous avez 2 paires de branches démontables (donc 2 cordes différentes : inutile d’utiliser la même corde pour les 2 paires de branches, il faut régler non seulement le détalonnage pour chaque paire, mais aussi le band…)
  • il suffit de changer de poignée d’arc pour que votre ligne d’épaules soit modifiée, ce qui changera l’angle de vos doigts sur la corde et donc la pression exercée sur la corde et l’encoche
  • pour cette raison, il vous faudra régler votre détalonnage de manière différente si vous changez d’arc
  • plusieurs autres raisons peuvent s’ajouter : en résumé, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il vous faudra régler votre détalonnage pour chaque arc, chaque corde, chaque paire de branche, et qu’il ne faut surtout pas vous dire “mon détalonnage est de X millimètres, c’est ce que je mets sur tous mes arcs”, c’est malheureusement ce qu’on entend souvent, et c’est une énorme erreur (qui explique souvent par ailleurs les problèmes pour choisir un calibre de flèche et un spine cohérent, avec tous les problèmes de stabilité et de précision qui en découlent)

Régler son détalonnage :

Méthode des fûts nus :

  • je n’aime pas cette méthode : nous sommes tous capables d’acheter une raquette de tennis, mais il n’y a qu’une seule personne qui gagne le tournoi de Rolland-Garros chaque année… Autrement dit, nous avons un arc, mais nous ne sommes pas tous des champions olympiques de précision : malheureusement la méthode qui consiste à régler son arc en utilisant des fûts nus (non empennés) exige un tireur capable de groupements exceptionnels, avec une position techniquement irréprochable ; de plus, cette méthode exige une connaissance technique très poussée pour arriver aux bonnes conclusions, elle est souvent très mal interprétée et très mal utilisée (par exemple l’angle d’impact des flèches ne signifie absolument rien, il peut traduire 4 phénomènes différents et il est impossible de savoir lequel, sauf à tatonner et essayer de tas de combinaisons différentes, ça prend un temps fou et le résultat n’est jamais vraiment évident à trouver)
  • même pour les très très rares tireurs d’exception, la méthode des fûts nus conduit à choisir un détalonnage, un calibre de flèche et un poids de pointe qui donnent apparemment des bons résultats, mais qui s’avèrent en réalité extrêmement intolérants aux toutes petites variations techniques (position des pieds, gant humide ou doigts froids, tirs un peu décalés vers le haut ou le bas, orientation de l’empennage, etc.)
  • pour toutes ces raisons, je n’aime pas la méthode des fûts nus, surtout si vous tirez votre arc aux doigts (décoche manuelle) : les interférences peuvent être très nombreuses (même tout simplement le stress d’une compétition ou face au gibier), et dans ce cas une flèche réglée avec cette méthode donnera à coup-sûr des mauvais résultats

Méthode du talc simplifiée (Vincent Lalande) :

  • j’ai mis au point cette méthode dans les années 90, en partant du principe qu’il vaut mieux obtenir un réglage tolérant quand tout va mal, qui garantit d’obtenir toujours des résultats constants (et quand tout va bien… alors tout va encore mieux !)
  • cette méthode ne réclame pas d’être un bon tireur, elle permet de régler parfaitement un arc y compris pour un débutant ou un tireur plein de défauts (ça arrive, mais ça n’empêche pas de bien tirer, heureusement d’ailleurs !)
  • pour l’appliquer, pas besoin de matériel : il vous suffit d’avoir un repère d’encochage (nock-set), une pince à nock-set et du talc, rien de plus (même pas une équerre, ça ne sert à rien, au contraire même ça risque de vous influencer et de vous faire prendre des mauvaises décisions, il vaut donc mieux la laisser dans un tiroir très loin de vous… sauf pour vérifier votre band le cas échéant, bien-sûr)
  • avant de commencer l’application de cette méthode, il faut au préalable vous assurer que les réglages de base de votre arc sont bons : band réglé conformément aux préconisations du constructeur, flèche et pointe de flèches cohérents par rapport à votre allonge, la puissance et la latéralité de votre arc ; n’oubliez jamais que le moindre changement, même le plus simple, vous obligera à reprendre le réglage de votre détalonnage, qui est vraiment le réglage de base de tout votre matériel (il conditionne tout le reste)

Comment appliquer la méthode du talc simplifiée (Vincent Lalande) :

  • la méthode décrite ci-dessous s’applique aux arcs équipés d’un tapis d’arc ou d’un repose-flèche non mécaniques (les repose-flèche de type “à effacement” ou “contender” montés de plus en plus sur les arcs à mécanismes doivent être réglés avec une autre méthode)
  • saupoudrez avec du talc la fenêtre de votre arc à l’endroit où passent les plumes (sur le tapis mais aussi sur la partie de la poignée qui vous fait face) ; pour que le talc tienne bien, vous pouvez faire un peu de buée avec votre bouche sur le vernis (un peu comme pour faire de la buée sur des fenêtres ou nettoyer des lunettes)
  • si vous êtes un adepte des repères d’encochage en fil ligaturé, l’idéal est quand même d’utiliser un nock-set en laiton, que vous pourrez déplacer facilement au fur-et-à-mesure des tests (vous le remplacerez par votre fil habituel quand vous aurez défini avec précision votre détalonnage)
  • réglez votre repère d’encochage volontairement trop haut : si vous avez “oublié” de ranger votre équerre, vous pouvez mettre votre repère d’encochage à +2,5 centimètres par exemple, ça n’a rien d’excessif
  • encochez une flèche comme d’habitude sur votre corde, en plaçant volontairement la plume coq côté intérieur (contre la fenêtre d’arc) ; cette méthode consiste à utiliser la marque provoquée par le passage lors du tir de la plume coq de votre flèche sur le talc saupoudré sur l’arc, il est préférable de faire ces tests avec un empennage rectiligne / droit (un empennage hélicoïdal génère une marque plus large et peu précise, qui rend le réglage vraiment plus difficile)
  • vous tirez votre flèche comme vous le faites d’habitude, avec un maximum de défauts et sans tricher, pour que l’arc soit en configuration “pire des cas” ; comme ça, le jour où rien ne va, votre flèche volera droit quand même (elle ne touchera pas l’arc à la décoche malgré les défauts cumulés), tandis que le jour où vous serez en pleine forme, tout ira toujours très bien, la flèche volera tout aussi bien
  • après chaque tir, regardez à quel endroit la plume coq laisse un trace sur le talc : il faut tirer plusieurs fois la même flèche et baisser à chaque fois progressivement votre nock-set jusqu’à obtenir une marque sur le talc qui ait, à la fois une forme régulière et fine (environ 2 millimètres de hauteur), et qui soit au bon endroit pour vous donner la preuve que la flèche passe suffisamment loin de l’arc pour ne jamais le toucher (déviations du tir liées au choc contre la fenêtre d’arc), mais suffisamment près pour se redresser le plus vite possible après la décoche, et ainsi permettre la meilleure précision, la plus grande vitesse résiduelle, et la meilleure qualité de vol (sans oublier la pénétration pour les chasseurs, dont la flèche ne volera pas en crabe et bénéficiera ainsi d’une capacité de pénétration largement majorée)
  • comment repérer que votre plume coq passe enfin au bon endroit : encochez une flèche à angle droit sur la corde, sans vous soucier du repère d’encochage ; il faut que la marque de la plume coq sur le talc de la poignée soit à la hauteur du haut de votre tube de flèche
  • c’est à la fin de ces tirs successifs que le déplacement du nock-set devient très délicat : vous constaterez qu’il suffit de déplacer votre repère de seulement 1 demi-millimètre ou 1 tour de tranche-fil pour que la marque sur le talc bouge de 2 ou 3 millimètres (le déplacement sur la corde n’est absolument pas proportionnel au déplacement de la marque)
  • quand vous serez arrivé au bon réglage, l’arc ne fera plus aucun bruit (si la flèche est adaptée, ça s’est une autre histoire, malheureusement trop répandue), vous tirerez où vous voulez avec une aisance inédite, même si vous tirez comme un âne, y compris avec une lame
  • attention : il est fréquent de descendre trop vite le repère d’encochage et d’arriver ainsi à une position trop basse ; il est important de prendre votre temps et de descendre millimètre par millimètre, vous gagnerez finalement beaucoup de temps en voyant arriver progressivement la marque sur le talc au bon endroit, plutôt qu’en voulant aller trop vite et en dépassant le réglage idéal, qu’il devient compliqué de résoudre (il faut alors revenir à un réglage trop haut et tout reprendre, vous voyez qu’on ne gagne pas de temps en voulant aller trop vite…)
  • si votre repère d’encochage est réglé trop bas, il provoquera un départ de votre flèche avec l’encoche qui filera vers le bas ; évidemment, la flèche ne peut pas passer plus bas que le tapis d’arc ou le repose-flèche, donc la marque laissée par la plume coq sur le talc cessera de baisser ; en revanche cette marque changera de forme, elle deviendra moins nette, plus épaisse, ce qui vous prouvera que la flèche vient frapper de l’arrière votre tapis d’arc ou le repose-flèche,  et qu’elle passe alors la fenêtre d’arc avec l’encoche qui remonte violemment suite à ce contact (la flèche se déforme alors, le choc fait un bruit caractéristique, identique à celui entendu quand le spine n’est pas bon, elle se met à voler en crabe même si ça ne se voit pas forcément à l’œil nu, vos tirs deviennent moins précis, irréguliers, sensibles à vos petits défauts de tir, phénomène encore davantage amplifié si vous êtes chasseur et que vous tirez une lame)
  • cette méthode du talc permet de vérifier par la même occasion si le spine de votre flèche est correct : quand vous aurez terminé le réglage de votre détalonnage, vous pourrez de nouveau tirer avec vos plumes orientées normalement ; comme dans les tests que vous venez de faire, les autres plumes laisseront une marque sur le talc qui vous permettra de juger si la flèche passe à proximité de l’arc, sans jamais le toucher : tout comme dans les tirs précédents, le talc doit être à peine marqué, ce qui prouve que la flèche passe suffisamment loin de l’arc pour ne pas risquer un mauvais contact, préjudiciable au vol de la flèche, le talc doit également être marqué de manière assez nette, ce qui prouve que la flèche ne frappe pas l’arc et qu’elle n’est pas violemment poussée vers l’extérieur par ce choc (les tests permettant de vérifier l’adaptation de votre flèche à votre arc seront détaillés dans un autre sujet)

N’oubliez jamais qu’il vous faudra reprendre toute cette procédure dès le début si vous changez quoi que ce soit dans votre matériel : gant, pointe, flèche, progression ou changement de position, et même lunettes si vous en portez, le moindre changement peut nécessiter une modification du réglage du détalonnage, parfois d’un millimètre seulement.

Les conséquences du détalonnage sont tellement importantes que beaucoup d’archers qui sont confrontés à un problème de vol de flèche ou de régularité de leurs tirs devraient avant tout commencer par vérifier (ou re-vérifier) ce réglage, qui solutionne souvent en quelques instants bien des difficultés…

Next Post:
Previous Post:
This article was written by

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.